Skip to content

CAMBODGE – Danse contemporaine : Entretien sur la planète des singes d’Émanuelle Phuon

5 septembre 2011

La chorégraphe franco-khmère Emmanuelle Phuon a présenté sa dernière oeuvre de danse contemporaine à Phnom Penh. Pour Khméropédies III, elle a organisé pendant six semaines un atelier de création avec sept danseurs cambodgiens autour du rôle du singe dans le ballet classique khmer. En puisant aux sources de la danse traditionnelle, elle invente un nouveau langage pour la danse contemporaine.

.

Pourquoi êtes-vous revenue travailler au Cambodge ?

Emanuelle Phuon : J’ai commencé la danse au Cambodge, au palais du roi à l’âge de 7 ans. Je suis allée au Conservatoire national de danse d’Avignon puis je suis passée à d’autres formes de danse, ballet classique, jazz et contemporain, et aussi par d’autres pays. Après une carrière de danseuse aux Etats-Unis dans la compagnie de Mikhail Baryshnikov, entre autres, j’ai eu envie d’un retour aux racines, à mes origines en tant que Cambodgienne mais aussi en tant que danseuse.

En tant que chorégraphe internationale, que trouve-t-on de différent au Cambodge ?

La danse cambodgienne est tellement codifiée et demande un tel entraînement pour arriver à exécuter ses magnifiques poses, que les danseurs atteignent un très haut niveau. Ils sont très qualifiés mais aussi différents des danseurs entraînés en ballet classique ou en technique contemporaine. C’est cet entraînement qui m’intéresse, cette spécificité qui peut justement donner des choses très différentes de ce que nous avons l’habitude de voir en Europe ou aux Etats-Unis.

Comment le public accueille vos œuvres ?

L’accueil au Cambodge est souvent enthousiaste. Je pense que les gens ont soif de nouveauté, mais qu’ils aiment aussi la tradition et qu’ils y sont très attachés car c’est cette tradition qui les définit en tant que Cambodgiens. C’est chouette quand ils peuvent aussi se reconnaître dans des choses nouvelles, quand ils voient que leur patrimoine non seulement survit mais peut continuer à se développer dans plein de directions. C’est plus vivant. Et pour le public américain ou européen, c’est toujours exotique, mais peut-être moins lointain et inaccessible.

Quel est le sujet de Khmeropédies III ?

Khmeropédies est une trilogie, un exercice de danse en trois volets qui s’impose d’utiliser le vocabulaire de la danse khmère dans un contexte de danse contemporaine. Pour ce troisième volet, j’ai revisité le rôle du singe, le seul rôle joué par des hommes dans les ballets classiques. Je voulais revenir à un singe naturel, non codifié. Pour cela, j’ai travaillé avec un primatologue de Yale qui a montré la gestuelle des chimpanzés et bonobos aux danseurs qui l’ont reproduit. C’est aussi une réponse aux débats sur le créationnisme qui agite la société. Je voulais montrer à quel point l’homme est proche du singe.

Que représente la danse contemporaine ici ?

La danse contemporaine au Cambodge en est à ses tous débuts, elle existe depuis 5 ans tout au plus. Les financements sont très difficiles à obtenir. Tous les projets sont financés par des entités étrangères, pour la plupart des fondations. Il n’y a pratiquement aucun lieu pour répéter et créer. Et pourtant, des choses se font quand même, avec beaucoup de difficultés certes, mais l’envie est là. Les danseurs ne peuvent peut-être pas encore en vivre, mais quand un projet tourne cela rapporte quand même un salaire décent.

Quels espoirs pour la suite ?

L’idée de Khmeropédies a toujours été dès le départ de trouver une piste assez intéressante pour que les danseurs et futurs chorégraphes cambodgiens aient envie eux-mêmes d’explorer et qu’ils fassent fructifier leur héritage. Pour l’instant je cherche à faire produire le spectacle pour le vendre et pouvoir le présenter en tournée au Cambodge et à l’étranger. Je dois aussi le terminer, il manque encore des choses, mais j’ai déjà une autre idée de solo au Cambodge.

Review de la soirée de présentation de khmeropédies III en anglais sur le Phnom Penh Post.

Ballet Khmeropédies I et II en image :

Article écrit pour lepetitjournal.com

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :